dashblog logo
Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.
[mc4wp_form id="4288"]
Zapisz Zapisz

Dégueuli d’intimité.

Derrière l’apparente beauté des moments se cachait toujours un peu de douleurs et de rancoeurs. 

Parfois des événements inattendus vous font réévaluer les choses. Je vais écrire ici comme avant j’écrivais dans mes cahiers intimes. Écrire ici n’a rien d’intime et je ne sais pas ci je publierai tout ça. Je ne sais même pas ce que je m’apprête à dire… Je vais laisser couler le flot, comme je faisais avant, pour ensuite pouvoir le décortiquer et l’analyser, analyser ce que j’ai au fond de moi et qui a tout d’un coup voulu sortir.


Il y a un an à peu près, et je pense que l’exactitude de l’information se porte à quelques jours prêt, ironie. Il y a donc un an dirons nous, mon copain de l’époque a soudainement décidé après plus de 4 ans de relations et de vie communes, alors que nous venions juste de choisir pour la première fois à deux « notre appartement » que tout était fini. Qu’il en avait fini. Je l’ai vécu comme une claque, j’ai été secoué, je n’ai d’abord rien compris. Puis finalement je me suis très vite rendu compte que malgré la douleur, c’était mieux. Je n’ai jamais vraiment parlé de tout ça ici, je n’ai jamais vraiment étalé ma vie sur les réseaux. Il y a eu des signes, mais rien de plus. Mais je pense avoir dit que je ne lui en voulais pas. Je n’ai pas eu de haine ou de rancœur. Finalement j’ai été reconnaissante, je pensais seulement car c’est grâce à cette décision qu’il a prise seul, que je me retrouve aujourd’hui à vivre à 9000km de là, là où j’avais toujours rêvé d’aller, mais jamais pensé vivre: San Francisco. Mais je crois que finalement je lui suis aussi reconnaissante d’avoir pris une décision que j’étais incapable de prendre, mais qui était essentielle et finalement inévitable.

Avec le recul nous sommes restés ensemble plus de 4ans, mais notre relation était peut-être foutue dès le début. Et pourtant j’y ai cru de toutes mes forces, et je crois encore qu’on aurait pu faire des merveilles, mais seulement si…
Pendant longtemps je me suis accordée une part de responsabilité dans cet échec. J’ai mes défauts et je ne suis pas facile à vivre. Mais je crois que les gens font aussi ressortir tel ou tel facettes de notre personnalité selon leurs actes, les peurs qu’ils révèlent, les failures qu’ils font renaitre ou qu’ils créent en nous.
Ce soir ma vision de notre histoire a un peu changé, je ne me sens plus aussi responsable. J’ai pris conscience que certaines choses m’avaient  touchés encore plus profondément que je ne pensais et avaient complètement changés la donne de ce que nous aurions pu être. Et j’en ai pris conscience en voyant une scène de la série Girlboss (par ailleurs une série que je vous recommande – arrêtez vous la si vous êtes au début ou préparez vous à être un peu spoilé par contre – sorry) ou la protagoniste surprend son petit ami entrain de la tromper. On  s’accordera tous pour dire que ce n’est pas cool, mais l’impact que ça a eu sur moi à dépassé cette simple constatation. J’ai été dévasté, comme si c’était moi, comme si j’étais elle. Je me suis sentie étouffée, mal, angoissée et j’ai tout de suite pensé à cette relation maintenant terminée.
J’ai compris alors que finalement je n’avais pas vraiment joué le rôle principal à notre échec. Pourtant j’étais vraiment prête à en accepter la responsabilités. Mais je crois que je n’ai finalement pas mal joué mon rôle, je ne veux accuser personne et dire c’est la faute d’un tel ou un tel. Il n’y a personne à blâmer car je crois que c’est plus compliqué que cela. Les rapports humains sont compliqués. Mais je ressens le besoin viscéral de parler de tout ça car je me rends compte de la profondeur de la blessure et je ne veux rien laisser gangréner plus. Je ne veux pas que cela impact mes futurs relations et en l’état je pars droit dans le mur.
J’ai essayé tellement de fois de dire ces choses qui m’ont fait si mal et personne n’a entendu cette souffrance où en tout cas je n’ai pas eu l’impression d’avoir était reconnue dans ma souffrance. Alors finalement peut-être que si je crache ça au visage de l’invisible de l’autre côté de l’écran je pourrais avancer. J’ai besoin que ma douleur soit entendue et surtout que le sentiment profond de trahison que j’ai ressenti soit reconnu. Car je pense que ce sentiment que j’ai eu d’être complètement ignorée et incomprise dans ma douleur est au moins aussi importante que la trahison elle même. Je pense qu’ici se trouve un des principaux points de l’échec de notre relation.
Je me suis longtemps empêchée de faire ce que j’avais besoin de faire pour préserver les gens, pour ne vexer ou froisser personne, pour ne pas mettre en colère. J’ai pensé aux autres avant de penser à moi et la colère m’a rongé, et elle a tué tout ce qu’il y aurait pu avoir de beau entre nous. Je n’étais tellement pas consciente de cette colère. Mais quand je vois à quelle point une simple scène fictive me touche je me rends compte de l’ampleur de mon erreur. Alors je n’ai pas envie de continuer à être silencieuse juste pour préserver les autres, car eux ne m’ont jamais préservé.
J’ai tellement envie de dire clairement les choses, mais j’ai l’impression que ce ne serait dictée que par la colère que je sens monter en moi. Et rien de ce qui est fait sous la colère n’est bon. Les faits en temps que tel ne sont pas le propos.
Je pense qu’on a toutes ressenti de la jalousie le jour où notre ex a finalement retrouvé une copine qui nous a semblé être assez importante pour nous remplacer. L’histoire peut-être fini, on peut ne plus aimer, on ressent quand même ce petit pincement, on n’était pas irremplaçable et ça fait mal à l’égo. Alors on peut avoir envie de rappeler qu’on est là, juste pour faire taire ce pincement. Je le comprends. Je l’ai compris. Je l’ai même pardonné, on fait tous des erreurs. Mais lorsque l’erreur est faite, qu’on s’en est rendu compte, on ne revient pas … Je ne sais pas si je pardonnerai cela un jour. Cette acharnement dans l’égoïsme de ne penser qu’à soit, en blessant la personne que l’on a aimé, mais aussi l’inconnu qui n’avait rien demandé, rien fait de mal, au contraire. Oh toi si tu savais que je l’avais même renvoyé dans tes bras en me disant « alors si ils ont trouvé l’amour, le vrai, je ne suis personne pour m’interposer ».
Je pense que cette acharnement dans le mensonge que vous avez eu après cela est le point de départ à la succession d’échecs, de cataclysmes et de souffrances qu’il y a eu par la suite entre nous. Je ne dis pas ça en accusation, mais en constat. J’essaye de comprendre, de dénouer le nœud, car j’en ai apparemment besoin. J’ai d’ailleurs toujours su que j’en avais besoin, mais on m’a toujours empêché de le faire.
Je crois que nous évoluons à chaque seconde et comme dit plus haut, que les autres par leurs actes nous façonnent autant que nous nous façonnons par nos choix. Finalement je me rends compte que je n’ai jamais eu confiance ,des le début , et finalement j’ai eu la preuve concrète que je ne pouvais pas. (Et clairement sachez que l’excuse « non mais c’est grâce à ça que je me suis rendu compte qu’en faite je ne voulais que toi » n’est pas valable) Et mon Dieu que j’ai voulu pardonner. Pourtant même mon corps me disait non.
J’aimerais pouvoir dire que nous avons eu une belle histoire, et j’ai tellement voulu me le dire. Comme tu disais je sais trouver les mots pour convaincre et rassurer, mais je sais aussi tellement bien me mentir. Pourtant j’ai l’impression que tout ce qui a été beau n’a été qu’illusion. Nous avons eu un mois de beauté avant 4 ans d’incompréhensions (bien sur il y a eu de beaux instants, mais j’ai tellement de mal à les retrouver dans ma mémoire ça en est terrifiant), de luttes acharnées l’un contre l’autre et nous même contre nos faiblesses, nos tourments, nos vices. Peut-être que finalement nous ne pouvions ensemble révéler que ce qu’il y avait de pire chez l’autre… Et peut-être que nous devions passer par là pour mieux avancer chacun de notre côté.
Je crois à ces étapes essentielles pour avancer. Tu sais comme je crois que rien n’arrive vraiment pas hasard, mais parce que nous avons quelques chose à en apprendre. (bonjour j’ai été élevé par des parents bouddhistes) 
J’ai été une version de moi que je déteste et je ne veux pas rester cette personne, je n’en veux aucun stigmate. Pourtant je sens que maintenant j’aurai du mal à croire, à faire confiance. Peut-être que pour ça je t’en veux. Parce que tu ne m’as pas juste fait souffrir sur l’instant. Tu as créé en moi des choses que je dois soigner… Maintenant j’aurai peur, je serai méfiante, je n’aurai pas 100% confiance même si je veux tellement. Je dois reconnaitre qu’il reste cette petite voix au fond de moi qui me fait vriller, parce que je ne veux plus jamais ressentir ce que j’ai pu ressentir. Tout simplement parce que tu as préféré céder aux facilités, à ce qui pouvait t’aider sur le moment à te sentir mieux, sans penser au mal que tu me ferais. J’en ai marre d’avoir l’impression d’être obligée de me taire, de ne pas dire que tu m’as fait du mal, limite d’avoir honte de le dire car j’ai l’impression de me plaindre. La société a tellement de mal à accepter de voir et d’entendre la douleur. On pourrait sûrement aussi en dire beaucoup à ce sujet…
Je le savais déjà qu’il ne pourrait pas y avoir de retour après la trahison, je n’ai pas voulu m’écouter, j’ai enfouis, maintenant je sais que plus jamais. Peut-être que cela arrivera encore et alors j’espère avoir la force de prendre la décision de tout arrêter, la souffrance sera toujours moins importante que celle de la lutte, et le résultat final sera le même. Je vais essayer de toutes mes forces de croire au suivant et surtout de ne pas refaire les mêmes erreurs. Comme j’espère que tu ne referas pas les mêmes, que tout ça ait au moins servi à nous faire grandir.
Et je ne te blâme pas, comme je pense que mes erreurs ont été provoquées et aiguillées par des blessures je crois également que cela était ton cas. Cela n’excuse rien, mais je ne peux pas t’en vouloir car au fond de moi je suis sûre que tu as aussi souffert.
Je suis désolée que l’on se soit fait tant de mal. Je souhaite tellement que tu sois heureux. Je pense que arrivée ici, je vais publier tout ce dégueuli d’intimité. Je crois que c’est une étape essentielle à ce que je vois comme une sorte de thérapie. Ce n’est que du bordel étalé la, il n’y a pas vraiment de but, je ne chercher pas de conclusion et si jamais je n’en veux plus je pourrais juste tout effacer, mais j’ai besoin d’aller au bout des choses. Au fond je suis persuadée que si je ne le fais pas je n’avancerai pas. Alors je suis désolée pour ça. J’ai tellement essayé de te préserver, j’essaye toujours trop de préserver les gens, même si ça veut dire me taire et garder en moi mes souffrances et mes rancœurs. Mais je crois que je n’ai plus envie de le faire.
Contrairement à beaucoup de personnes je crois que dire que l’on a mal, parler de ses souffrances, tout simplement exprimer ses émotions ce n’est pas malsain, ce n’est pas être faible, c’est simplement essentiel. Je ne vais pas m’étendre là-dessus car j’avais déjà prévu d’en faire un article. ^^
Et vous qui n’avez rien à voir avec tout ça, mais passez par là, je veux simplement vous dire de prendre soin de vous, mais aussi de prendre soin des autres. Les choses ont des conséquences alors n’agissez que si cela vous semble vital. On a tous le droit d’être faible à un moment face à nos émotions, nos envies, nos désirs, mais on devrait toujours se poser la questions: est ce que nos actes valent la peine de leurs conséquences. Même si ces conséquences ne seront pas pour nous. Ayons une conscience, essayons d’être bienveillant. (et sachez que clairement tout fini par se savoir).
Sachez aussi vous écouter, parfois cela ne sert à rien de lutter, j’aurais aimé avoir le courage de la décision qu’il fallait prendre même si cela impliquait provoquer encore une souffrance. Au final je n’ai fait que repousser l’échéance. La vie est trop courte pour perdre du temps à faire durer les douleurs. Je sais à quel point c’est dur parfois de prendre la décision de cesser une relation, en tout cas je fais partie de cette catégorie de personne qui ne sait pas faire ça. Juste tirer un trait du jour au lendemain et vous qui en êtes capable je vous admire vraiment.
*La personne concerné a donné son accord pour que cet article soit publié, et je l’en remercie. Cette article n’est pas fait pour faire son procès ou juger qui que ce soit, seulement pour partager, évacuer.
XO
signature
6 Responses
  • Lefevre Marion
    11 . 05 . 2017

    Superbe cet article touchant et profond, je me retrouve un peu dans ce que tu dis, un peu vaincu la même situation et oui ça fait mal et parfois ça fait du bien d'en parler. Profites à fond de ton aventure à San Francisco ! Bonne soirée ma belle <3

  • Anonyme
    12 . 05 . 2017

    J'ai cru lire mon histoire, le moment où tout à basculé dans ma vie le temps d'un instant. Après deux ans, j'ai aussi en quelque sorte été trompé, laissé, sans aucune explications, ça m'a détruite mais c'était une belle chose qui devait m'arriver je pense, je ne pense pas que je serais cette femme, cette warrior que je suis aujourd'hui si cette personne ne m'aurais pas fait ça, alors en plus quand il te laisse pour son ex (avec qui ça a duré moins longtemps que toi) et se fiance avec après seulement quelques mois, c'est la plus grosse claque jamais eu mais je me suis relevé, aujourd'hui je suis fière de savoir que j'ai pu dépasser ça, je n'ai jamais eu de rancune ou de haine (chose que je trouve très bizarre), et pourtant je lui souhaite tous le bonheur du monde ! Je sais que la vie fait de très belle choses et que la nature ne se trompe pas dans ce qu'elle nous donne, je suis aussi à fond dans le développement personnel, confiance et amour pour soi etc ça m'a relevé de tout cet événement ! je te souhaite beaucoup de courage, ne garde jamais toutes ces émotions cachées, exprime toi puis laisse aller, parfois accepter une choses reste dur, très dur mais après ça c'est la plus belle libération qui soit, je suis contente de te lire, faut savoir qu'il y en a qui vivent toujours pire que nous, bisous ma belle 🙂

    ps : une blogueuse banale, qui te suit depuis un bon bout de temps, si jamais tu a envie de savoir qui je suis, tu pourra toujours répondre sous ce commentaire, je me chargerais de te contacter en privée ! 🙂

    courage et belle vie à toi, n'oublie jamais jamais que le meilleur est toujours à venir (et je parle en connaissance de cause :p) Xx

    • Camille ASWC
      12 . 05 . 2017

      Oui envoie moi donc un message privée :p
      et merci pour ton message <3

  • Marie Boesch
    12 . 05 . 2017

    Très bel article, si ça peux t'aider à avancer c'est top 🙂
    Prends soin de toi et vive la vie !
    Bisous

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *